Wonder Woman 1984 Review – La reine Calcutta désarme le concours | Films de super-héros

Wonder Woman 1984 Review – La reine Calcutta désarme le concours |  Films de super-héros

H.Reagan est une infiltration intéressante d’Amazon aux États-Unis – mais un vrai miracle Kristen Wyck, Joue l’adversaire amère et blessée émotionnellement de la reine guerrière, Barbara Minerva.

En 1984, les manches de veste aux gros cheveux retroussés et l’ère pré-fantastique de la guerre nucléaire instantanée, et Diana de Demisgra ont dominé le monde avec sa deuxième aventure de super-héros inspirée par Death Men. Nous avons vu pour la première fois cette reine guerrière légendaire, ici alors qu’elle jouait du lit de pierre, avec des costumes outrageusement beaux, elle était surréaliste au milieu de la Première Guerre mondiale. Maintenant Diana Prince (elle n’a jamais été appelée une Wonder Woman, pas même une slasher) Ronald Reagan vit sagement en tant que citoyen à Washington – ou quelqu’un qui vit sagement.

Le prince Diana travaille comme archéologue au Smithsonian Museum, explorant une pierre ancienne qui a le pouvoir magique de donner le choix à n’importe qui. Pauvre et solitaire Diana veut retrouver Steve Trevor (Chris Pine), qu’il aimait tant autrefois. Mais sa vilaine compagne, la gemmologue moldroid Minerva, veut être aussi forte qu’elle l’est, avec la belle Diana à la passion bêta-stalker. Il y a une troisième option: Maxwell Lord (Pascal Pascal), entrepreneur pétrolier mégalomane et donateur de musée, veut plus d’une option, alors il cache qu’il devrait être transformé en pierre, pierre de désir humain pour qu’il puisse convenir que toute personne qu’il rencontrera bénéficiera de ses intérêts Voudrais. Maxwell pourrait-il être une version du Seigneur? Sauf pour Norman Vincent, Le gourou de la pensée positive qui a exercé une telle influence sur les présidents Nixon et Trump?

Wonder Woman 1984 commence avec deux décors énormes et très intéressants. Dans la célèbre Timisira, Diana est représentée comme une petite fille (jouée par Lily Ospel dans son premier film) qui participe précisément aux jeux annuels: forme physique, endurance, tir à l’arc et équitation – et tous des adultes adultes. C’est tellement gratifiant que la grande Diana devrait être utilisée jusqu’au bout est le point culminant d’une leçon de morale. (Connie Nielsen et Robin Wright sont accidentellement montrés ici comme de vieilles et brillantes Amazones, mais Diana semble avoir été son beau premier ministre pendant les 60 dernières années.) Ensuite, nous assistons à une tentative de vol de bijoux dans un centre commercial dans les années 1980. Révèle des bijoux magiques et permet également à Diana de faire de la contention corporelle A1. Aucune des scènes d’action suivantes n’a la sensation amusante de faire cela.

Si déroutant et l’action internationale de CGI se poursuit avec les représentations les plus mûres et les plus époustouflantes de l’Égypte. Le Steve ressuscité de Chris Pine doit occuper le corps d’un homme à Washington comme un fantôme, et Diana est tellement amoureuse que nous ne voyons (que) les fantastiques côtelettes de Steve. Quant à Diana, elle parle avec une grande confiance de l’endroit, et la robe blanche qu’elle porte pour la scène du banquet du musée, hardiment coupée le matin, est un délice.

Still Scene Stealing Week: Elle prétend être une perdante encombrée et trébuche dans les lieux parce que, contrairement à Diana, elle ne peut pas gérer les talons, ce qui est le signe le plus important de la force féminine de ce film.

Elle est sauvée par Diana d’être harcelée par quelqu’un qui était ivre, ce qui est à l’origine de sa jalousie malsaine. La fin de la Grèce se traduit par sa propre transformation en être aussi miraculeusement super sexy qu’Olivia Newton-John – mais ensuite, assez étrangement, elle aspire aux fleurs mûres de sa méchanceté pour devenir la chasseuse alpha, Cheetah. (Je pense qu’il ressemblait plus à un humain qu’à un membre perdu de la distribution de Chats.)

Même si les blagues sont autorisées dans les films de Marvel Cinematic Universe, j’aurais aimé que Vick ait livré exactement les bonnes répliques amusantes, mais en sous-estimant le sérieux de la star. C’est un long et épique film épique du réalisateur et co-scénariste Grandma Jenkins, mais Godot est une reine possédée d’elle-même et elle y impose son pouvoir.

Wonder Woman est dans les salles depuis le 16 décembre 1984.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

HAITIIMPACT.COM EST UN PARTICIPANT AU PROGRAMME AMAZON SERVICES LLC ASSOCIATES, UN PROGRAMME DE PUBLICITÉ AFFILIÉ CONÇU POUR FOURNIR UN MOYEN AUX SITES POUR GAGNER DES FRAIS DE PUBLICITÉ EN PUBLICIT ET EN LIEN AVEC AMAZON.COM. AMAZON, LE LOGO AMAZON, AMAZONSUPPLY ET LE LOGO AMAZONSUPPLY SONT DES MARQUES DE COMMERCE D’AMAZON.COM, INC. OU DE SES AFFILIÉS. EN TANT QU’UN ASSOCIÉ AMAZONIEN, NOUS GAGNONS DES COMMISSIONS AFFILIÉES SUR LES ACHATS ADMISSIBLES. MERCI, AMAZON DE NOUS AIDER À PAYER NOS FRAIS DE SITE! TOUTES LES IMAGES DU PRODUIT APPARTIENNENT À AMAZON.COM ET SES VENDEURS.
Haïti Impact